Le Prix Kourouma 2018

Et le lauréat est…

Wilfried N’Sondé pour son roman Un océan, deux mers, trois continents (Actes Sud), ébouriffant plaidoyer pour la tolérance qui exalte les nécessaires vertus de l’égalité, de la fraternité et de l’espérance.

Le prix sera remis sur la scène du Salon africain le vendredi 27 avril à 16h en présence du jury.

Les deux autres finalistes concourant pour ce prix étaient Mahamat Saleh Haroun pour Djibril ou les ombres portées et Théo Ananissoh pour Delikatessen, tous deux publiés dans la collection Continents Noirs des éditions Gallimard.

Téléchargez le règlement du prix 2018 (.pdf) »
Découvrez le jury 2018 (.pdf) » 


Histoire d'un prix

En 2003, disparaissait le véritable monument de la littérature africaine qu'est l'écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma. En 2004, le Salon africain décidait de lui rendre hommage en créant un prix littéraire qui porte son nom. 

Depuis, il récompense chaque année un ouvrage dont l'esprit d'indépendance, de lucidité et de clairvoyance s'inscrit dans le droit fil de l'héritage légué par Ahmadou Kourouma.

C'est ainsi qu'en 2017, le Prix Ahmadou Kourouma a récompensé l’écrivain camerounais Max Lobe pour son roman Confidences (Zoé).


Lauréats du Prix Kourouma :

2004    Esther Mujawayo et Souâd Belhaddad, pour Survivantes. Rwanda, dix ans après  le génocide (éditions de l’Aube)
2005   Tanella Boni, pour son roman Matins de couvre-feu (éditions du Serpent à plumes)
2006    Koffi Kwahulé, pour son roman Babyface (éditions Gallimard)
2007    Sami Tchak, pour Le Paradis des chiots (éditions Mercure de France)
2008    Nimrod, pour Le Bal des princes (éditions Actes Sud)
2009    Kossi Efoui, pour Solo d’un revenant (éditions du Seuil)
2010    Florent Couao-Zotti, pour son polar Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au  porc de le dire (éditions du Serpent à plumes)
2011    Emmanuel Dongala pour son roman Photo de groupe autour du fleuve (éditions Actes Sud)
2012    Scholastique Mukasonga pour son roman Notre dame du Nil, (éditions Gallimard collection Continent noir)
2013    Tierno Monénembo pour son roman Le terroriste noir (éditions du Seuil)
2014    Mutt-lon, alias Daniel Alain-Nsegbe, pour son roman Ceux qui sortent dans la nuit (éditions Grasset)
2015    Mohamed Mbougar Sarr pour son roman Terre ceinte (Présence Africaine Editions)
2016    Beyrouk pour son roman Le tambour des larmes (éditions Elyzad)
2017    Max Lobe pour son roman Confidences (éditions Zoé)
 

Avec le soutien de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) et de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

 

 

   

        

Top